Patrimoine



PATRIMOINE


Info de dernière minute : le Carnaval est inscrit au Patrimoine Culturel Immatériel de l'UNESCO !

Le service communication du ministère de la Culture et de la communication avait vendu la mèche à la mi-journée (30 novembre 2016). Le carnaval de Granville a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, dans la catégorie des chants, rituels, célébrations et savoir-faire traditionnels. La décision a été votée à l'unanimité.

Jean-Pierre Doron, figure historique et ancien président du carnaval de Granville, est plus que fier de cette distinction. "C'est une reconnaissance de tout ce que les anciens ont fait. On a travaillé neuf ans sur ce dossier, en pensant aux nouvelles générations, mais aussi à cette tradition vivante qui nous tient à coeur depuis toujours."

Alors que des chars sont en cours de montage au hangar habituel de La Parfonterie à Granville, Claire David, la responsable communication du carnaval ne s'enflamme pas.

Ce que ça va changer ce classement au patrimoine immatériel de l'UNESCO ? "Rien ! N'imaginez pas que nous allons avoir plus de subventions. c'est une reconnaissance forte et importante. On fait tout pour que le carnaval ne tombe pas dans l'oubli, mais on n'aura pas plus de budget (NDLR : autour de 200.000 euros) ou plus de partenaires. Simplement nos partenaires habituels seront peut-être plus rassurés et ravis de faire partie de cette aventure."

En 2015, le Comité d’Organisation du carnaval de Granville a tenté le pari risqué de déposer une demande à l’Unesco afin que l’événement soit reconnu comme un patrimoine culturel et immatériel. À l’heure de la 142e édition du carnaval, qui se déroule du 5 au 9 février 2016, le président annonce que les choses se précisent.

Une réponse pour fin 2016

Le président, Yvan Guiton, se bat depuis plusieurs années pour qu’une mémoire du carnaval soit créée. « Nous collectons des documents sur le carnaval depuis sept ou huit ans. Nous les entreposons à la médiathèque de la ville. Nous voulons conserver des traces de ce patrimoine. ». La candidature de l’événement au patrimoine mondial de l’Unesco serait un aboutissement.

« Nous avons déposé notre demande il y a près d’un an. Elle sera validée ou rejetée en octobre ou novembre 2016. »

À cette date, l’association organisatrice de l’événement saura si le carnaval acquiert ou non une reconnaissance mondiale. Selon l’Unesco, le patrimoine culturel ne s’arrête pas aux monuments qualifiés d’historiques, comme le Mont Saint-Michel. « Il comprend également les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel. » Si la réponse est positive, le carnaval sera hissé au même rang que le savoir-faire pour la dentelle des artisans d’Alençon (Orne) classé en 2010, ou le fest-noz breton classé en 2012. La reconnaissance est avant tout symbolique et permet d’inscrire ces biens culturels comme « protégés » dans leur pays.

« C’est un symbole énorme ! Une vraie reconnaissance à l’internationale. Nous n’aurons pas de subventions supplémentaires ni autre chose, donc, pour nous, c’est surtout une reconnaissance de notre travail de bénévoles et de la coutume du carnaval de Granville », souligne la direction de l’association. »

Porté par les bénévoles et les habitants

« Nous espérons que le carnaval sera reconnu. Nous nous battons pour qu’il le soit. Nous sommes une simple association et tout l’événement repose sur des bénévoles. »