Remise du diplôme de l’inscription au PCI du Carnaval de Granville (Unesco)

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Ce jeudi 1er février, le Ministère de la Culture a remis officiellement, au Carnaval de Granville, le diplôme de son inscription par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’humanité. Porté par le comité d’organisation avec l’aide des carnavaliers, l’événement granvillais avait été présenté par la France, le 30 novembre 2016, lors de la onzième session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à Addis-Abeba en Éthiopie.

Jean-Marc Julienne, conseiller départemental de Granville, Emanuelle Dormoy, vice-présidente de la région, Antonina Julienne, présidente du comité d’organisation du Carnaval de Granville, Catherine Brunaud-Rhyn, vice-présidente du département, avec le diplôme remis ce jour par le ministère de la culture.

Colloque “À quoi sert le patrimoine culturel immatériel ?”

Le diplôme a été remis à l’occasion d’un colloque organisé par La Fabrique de Patrimoines du 1er au 3 février 2018 à la salle des congrès de l’Archipel de Granville.

“Les opérations de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel sont inséparables des dynamiques sociales, économiques, politiques et territoriales qui les soutiennent et qui s’en nourrissent. C’est pourquoi, à l’heure où ses manifestations apparaissent de plus en plus appréhendées comme des ressources, nous invitons à une réflexion pour mieux saisir à quoi sert le patrimoine culturel immatériel. Nous entrerons dans le sujet en considérant ses aspects géopolitiques, en s’intéressant à ses terrains d’expression et de valorisation, ainsi qu’en abordant les effets et les problématiques éthiques de cette patrimonialisation. Il s’agit de contribuer au nécessaire questionnement permanent du rôle des acteurs impliqués. L’action patrimoniale y puise son sens.”