Les chansons du Carnaval

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Depuis les temps les plus lointains dont nous ayons connaissance, les chansons sont indissolublement liées aux manifestations carnavalesques. Elles ont accompagné les chars et, à certaines époques, elles ont même été la raison d’être des chars. La foule se pressait autour des chars pour écouter des groupes de chanteurs qui interprétaient une série de chants sur des thèmes à la mode ou de thèmes plus locaux. Et on vendait les partitions au profit des pauvres.

Les chansons immémoriales de Mardi Gras de Granville et d’ailleurs

On trouve, avec de multiples variantes dues à la transmission orale, une chanson très populaire propre au Mardi Gras dans de nombreuses régions, souvent sur l’air de comptines :

Mardi gras
T’en va pas
J’frons des crêpes
Et t’en auras pas
Mardi gras
T’en va pas
T’auras des tourtias

Dans ces chansons populaires, la dérision n’est jamais bien loin :

Mardi gras est mort
Sa femme en hérite
D’une cuillère à pot
Et d’une vieille marmite
La marmite a défoncé
Mardi gras a l’cul brulé
Chantez haut, chantez bas
Mardi gras ne r’viendra pas

Le poète normand Louis Beuve a relevé à Quettreville sur Sienne, vers 1880, ce chant qu’on retrouve à Granville dans une de ses variantes :

Il a des pouis
Dans ses soulis
Des poués
Dans son capet
Des carottes
Dans ses tchulottes
Ah ! Ah ! Ah !

À Granville, on a relevé cette forme :

Il a des poux
Dans sa capote
Et des moustiques
Dans sa lévite
Ah ! L’âne ! Ah ! L’âne !

Que vient faire l’âne ici ? Petite insulte à l’égard de la personne visée ? Ou survivance inattendue d’un des ancêtres de carnaval, la fête de l’âne au Moyen Age ? Ou transformation d’une vieille incantation païenne au sens perdu ?

Typiquement granvillaise cette fois-ci, la chanson que les gamins chantaient à l’intention de certains matelots sur le point d’embarquer pour les bancs. L’armateur versait à chacun une avance de 400 francs destinée à l’équipement et à la vie de la famille pendant l’absence sur les bancs de Terre-Neuve. Il arrivait que certain en usent et en abusent lors du mardi gras et les gamins, munis d ‘un bâton avec une vessie de porc séchée et remplie de pois, les frappaient en chantant:

Il a mangé ses 400 francs
Il s’en ira l’cul nu aux bancs
Ah ! L’âne ! Ah ! L’âne !

Ne pas en déduire, à partir de quelques abus, que tous les matelots avaient dilapidé leur avance. Seuls les cas extrêmes ont retenu l’attention et font l’objet d’une chanson.

XIXème et début XXème

Nous avons peu de documentation sur les chansons du XIXème siècle. Nous savons cependant qu’une tradition incontournable existait : chanter et vendre les partitions, ou petits formats, au bénéfice des plus démunis, le plus souvent au profit des pauvres.

Les chars, avant l’organisation de 1875, servaient à parcourir une partie de la ville, au rythme des chevaux et transportaient des groupes de chanteurs appartenant à différents cercles (on parle alors de « compagnies » ou d’ « assemblées » ou de « jeunes paroissiens ») qui donnaient de petits concerts en plusieurs endroits de la ville.

En 1863, le 15 février, dans le journal « L’Avranchin » , on pouvait lire : « Nous avons le plaisir d’informer nos abonnés et le public en général que le « Grand Mexico » vient d’arriver à Granville dans le louable but de procurer quelques ressources aux pauvres par sa présence… Le « Grand Mexico » attendra le cortège dans la Halle au Blé et, au signal de son départ, notre chef de musique et ses jeunes artistes feront répéter joyeusement aux échos du Roc des airs de circonstance, tels que « les Boeufs » de Paul Dupont. »

Il s’agit là d’une chanson à la mode de ces années, fort éloignée de l’esprit carnavalesque tel que nous le concevons aujourd’hui. Dans un genre rustique, elle exprime une vision idéalisée d’un monde rural difficile à comprendre de nos jours. Le refrain des « Boeufs » dit ceci :

S’il me fallait les vendre
J’aimerais mieux me pendre
J’aime Jeanne ma femme, eh ! bien j’aimerais mieux
La voir mourir que voir mourir mes boeufs.

Les chansons d’alors reprenaient les grands succès de l’époque, surtout les chansons « à voix », pas de satire ni de parodies, il fallait faire « beau » pour attirer les sous. Les chars, à cette époque, n’étaient pas des chars satiriques ou humoristiques mais des chars allégoriques. Le premier carnaval « organisé », celui de 1875, montrait les chars de l’agriculture, de la guerre, de la marine et on peut supposer que des chansons accompagnaient ces thèmes. Plus sûrement, cette même année, on voyait un char appelé « char de la vieille chanson ». A l’arrière des chars, des quêteurs vendaient, en même temps que des billets de tombola, les partitions des chansons. Parfois, le « petit format » portait un numéro de tombola. Toujours au profit des pauvres.

En 1902, sous la plume d’un certain Deralf, quelque 160 vers, sur des airs parfois difficiles à retrouver, en 6 textes, passaient en revue, en les citant de façon fantaisiste, les habitants du quartier (rue des Juifs, rue du Port). Le genre allégorique semble abandonné…

Aubin, Pinson, Coquet, Durand, Quinette, Lucas, Cousey, Zante, Joly, Lamy… étaient des Granvillais de l’époque.

Nous avons conservé de nombreux textes concernant le carnaval de 1903, en particulier sur le « casino d’hiver » chanté sur l’air de « Il était un petit navire » ou sur un personnage surnommé « le Robinson des îles Chausey ». On y passe en revue le « fort inutile », les bouées, les huîtres et divers personnages. Retenons-en deux dont la complainte du pêcheur à la ligne sur l’air de « L’enterrement de belle-maman » d’Aristide Bruant : un grand pêcheur, René, après ses exploits à la pèche, décide de partir au Carnaval de Granville :

Lui, pour une fois, savez-vous ?
A Granville veut faire le fou
Et en ce Carnaval joyeux
Oublier Vallé et Crémieux.

La chanson se termine sur un autre air, celui de « C’est à Joinville » (ne pas confondre avec Joinville-Le-Pont,
pon, pon !) :

Où faut-il aller pour s’divertir ?
C’est à Granville,
Où les ministres trouvent du plaisir ?
C’est à Granville,
Où les femmes sont jolies et fort bien ?
C’est à Granville,
Où on s’amuse en faisant du bien ?
C’est à Granville-les-Bains.

La deuxième chanson retenue s’intitule « Granville au clair de lune » sur un air évidemment connu :

Au clair de la lune
Nos bons matelots
S’en vont à la brune
Voguer sur les flots…

La finale revient sur le thème si important des chansons de cette époque : donner pour les pauvres :

Ah ! gens généreux nous vous tendons la main …
Songez que quelqu’un vous bénira demain…
…donnez beaucoup
Pour le pauvre gueux, ce sera fortune
Au clair de la lune.

En 1914, le char du quartier du Calvaire représentait Don Quichotte et on chantait sur l’air (quelque peu méconnu aujourd’hui) de « Qui qu’a vu Chochotte ? » :

A Carnaval dans chaque famille
On est en liesse , ça c’est connu
C’est pourquoi, quittant la Castille,
Don Quichotte est accouru…

L’Entre-deux guerres

1920 : premier Carnaval depuis 1914. La liesse de la victoire s’impose encore et un personnage emblématique de la guerre est sur toutes les lèvres : la Madelon. Et on chante à pleine voix les charmes de la jolie servante dont on frôle le jupon sous la tonnelle. Mais la chanson de Bousquet et Robert n’est pas seule. Le jour même de l’Armistice, fut créée une autre Madelon, « la Madelon de la victoire » qui obtint un succès quasi-égal à celui de « Quand Madelon ». Et l’auteur en est le Montmartois Lucien Boyer que nous retrouverons au Carnaval de Granville en 1923 et en 1928.

Dans cette période de l’entre-deux guerres, les organisateurs ont imposé trois fois un thème unique pour le carnaval, ce qui fut diversement apprécié des carnavaliers, profondément attachés à leur liberté de création et d’expression.

En 1921, après les dures années de la guerre, on imagina que Granville gagnait le gros lot et chaque quartier imaginait comment utiliser au mieux ces millions de francs.

En 1923, le carnaval de Granville connut sa première reconnaissance à l’échelon national, avec la participation de la jeune République de Montmartre. Grâce au quasi-Granvillais Adolphe Willette, les artistes les plus célèbres de l’époque participèrent au Carnaval de Granville. Si aujourd’hui ils sont quelque peu oubliés, l’un d’eux garde encore sa célébrité : Poulbot. En 1923, après le Carnaval, il fit ce dessin « musical » pour Granville :

En 1926, sur l’air du « Chant du Départ » et sur des paroles de F. Dubois, le quartier de la Haute-Ville chanta le « Chant de ta Haute- Ville » avec ce refrain :

La Commune libre vous appelle.
Sachez rire et vous divertir…

Ce qui, pour un carnaval, convient nettement mieux que les paroles authentiques « Sachons vaincre ou sachons périr ». Cette même année, le quartier du calvaire entonnait, sur un air connu, « Le Trompette en Bois ».

En 1928, Lucien Boyer, écrivit pour notre Carnaval la chanson unique de cette année-là. Il est l’auteur de plus de mille chansons dont certaines connurent de très grands succès (cf. « La Madelon de la Victoire »), du pur mélodrame (comme « Les Goélands » que Damia chanta pendant toute sa carrière) jusqu’à la fantaisie la plus débridée (comme « Monte là-d’sus » ou « Le Trompette en Bois »). Il parodia son propre succès, une des chansons des plus célèbres de l’époque, « Mon Paris » avec son refrain bien connu : « Ah ! Qu’il était beau mon village, mon Paris, notre Paris… ». Le village de Granville prit la place de Paris dans « Notre Granvillage ».

En 1935, le parolier granvillais Edmond Dior, auteur de nombreux textes et de nombreuses chansons écrivit la « Marche des Granvillais de Paris » sous le titre de « Vive Granville ». La partition s’orne d’un dessin de Willette avec deux dates : 1885, correspondant à son arrivée à Saint-Nicolas-près-Granville, et 1923, année de la venue, grâce à lui, de la République de Montmarte.

En 1936, le comité des fêtes donna à nouveau un sujet commun pour tout le carnaval : les vieilles chansons françaises, un thème fréquemment utilisé. Chaque quartier présentait un ou deux chars, c’est ainsi que le Calvaire défila avec « la Mère Michel et le Pont d’Avignon », la rue Lecampion avec la rue du Port s’accommoda de « Malbrough » et « Il était un petit navire », tandis que la Tranchée mettait « Au clair de la lune » sa « bergère » mouillée et que la Haute-Ville tentait de réveiller son « meunier » qui dormait.

L’après-guerre

C’est en 1947 qu’eut lieu le premier carnaval d’après-guerre, mais dès 1946 un groupe de carnavaliers, ceux qui feront l’animation et la célébrité des carnavals des années 50 et 60, avait tenté une reprise des festivités en écrivant et en chantant sept chansons, sur des airs connus, sous le titre général et bien évocateur de « Chantons…quand même ». Les thèmes tournent autour des grands sujets de préoccupation de ces temps difficiles : les restrictions, le marché noir, la politique, les fonctionnaires, le charbon, etc.

Sur l’air de « Frou-Frou » :

J’n’ai rien, j’n’ai rien
Dit l’boucher intraitable
J’n’ai rien, j’n’ai rien
Pas d’viand’ pour votre table…

Sur l’air de « Tout va très bien Madame la Marquise » :

C’est comme la liberté promise
A la Presse, c’est partie remise

Et puis quand donc les Sinistrés
Touch’ront-ils leurs indemnités
Trop nombreux sont les fonctionnaires
Alors on augment’ leurs salaires…

Un refrain, avec variantes, sur l’air de « Vive l’express de Normandie » du célèbre Lucien Boyer, fait l’unité de ces sept chansons :

Pendant c’ temps-là, du marché noir
Tout dou, tout dou, tout dou-oucement
Les rois s’engraiss’nt matin et soir
Tout dou, tout dou-oucement

Et c’est dans ce même livret, particulièrement remarquable dans toute l’histoire du Carnaval, qu’apparaît une chanson sur le thème de « La machine à laver la vaisselle » qui va connaître, sous de multiples variantes, un immense succès dans les carnavals suivants .
La machine à laver la vaisselle, engin très rare dans l’après-guerre, va devenir un peu my-thique. Elle est capable de soigner tous les maux et la chanson, grâce à ses rimes en « U » est une invitation pour envoyer tous ceux qui sont visés à se laver le…

Troulala, troulala, trou, latrou, latrou, lalaire
Troulala, troulala, trou, latrou, latrou, lala

Pendant plusieurs années (au moins jusqu’en 1964) on a chanté, essentiellement dans les cafés et restaurants, de multiples versions de cette extraordinaire machine. Dans l’immédiat après-guerre, après des allusions à I’UNRRA, aux services de l’Alimentation et du Ravitaillement, on envoyait les collaborateurs se faire punir en passant par la machine à laver la vaisselle :

Celle qui sert bien entendu
Celle qui sert à s’laver le…
Troulala,troufala…

Le cycle de la machine à laver la vaisselle fit les beaux jours de nombreux carnavals, en particulier pour un groupe qui comptait nombre de participants de 1946, et qui chantait dans les bistrots en entretenant la vieille tradition du carnaval granvillais : quêter pour les pauvres

Après 11 couplets où les vedettes à la mode, le percepteur, les amis jersiais, les futurs curistes de la thalasso, etc. étaient invités à bien se servir

D’la machine à laver la vaisselle
D’la machine à s’laver le
Troulala,troulala…

Le douzième et dernier couplet disait :

Mais avant de vous quitter
Permettez-nous de quêter
Pour une oeuvre de bienfaisance
Et ceux qui souffrent en silence
Granvillais si généreux
Remplissez notre escarcelle
Soulagez nos malheureux
Soyez tous très généreux.

Pendant les défilés, le char des pauvres remplit traditionnellement ces mêmes fonctions de recours à la générosité.

En 1950, sur l’air de « Maître Pierre » et sur des paroles de F. Gros (auteur de certains des chants ci- dessus), on chanta de façon optimiste :

Défilés et Intrigues

Certaines chansons étaient écrites pour accompagner les chars et participer à l’animation, d’autres pour être chantées dans les cafés et les restaurants et participer aux Intrigues. Certaines pouvaient être utilisées dans les deux circonstances.
Les thèmes ont été aussi variés que leurs auteurs inspirés. Quelques sujets sont récurrents.

Le Casino

Le Casino a joué un rôle important dans le carnaval. Si aujourd’hui, il semble un peu étranger à notre manifestation, ce ne fut pas toujours le cas. Depuis longtemps, il s’est illustré tant par ses actions (organisation, création du bonhomme Carnaval, nombreux bals) que par ses absences. Déjà, en 1903, on chantait sur l’air de « Il était un petit navire », à propos du casino d’hiver :

Il était un pauv’casino
Qui pourrait bien tomber dans l’eau
Oh! Oh! Oh ! Oh !

En 1989, Le casino ne fonctionnait plus. Il était vide, il se délabrait et, sur l’air de « Ah ! le petit vin blanc », on a chanté :

Ah le p’tit casino
Plein de toiles d’araignées
Au bout du Plat Gousset
Vingt dieux qu’il était beau

En 2001, les choses étant rentrées dans l’ordre, tout allait bien pour notre casino, mais projet national permettant d’en ouvrir partout suscita quelques réactions. Sur l’air des « jolies colonies de vacances » :

Les jolis casinos de la Manche
Merci Pasqua merci vraiment
Grâce à toi ce sera l’abondance
De pognon de flouze d’argent
Dans le deuxième couplet :
Les Granvillais ont réformé
Leur casin’tarabiscoté
Et grâce à leurs bandits manchots
Ils n’augmentent pas les impôts

Voirie et Urbanisme

Voirie et Urbanisme constituent un des thèmes favoris des carnavaliers, et ce, depuis longtemps. Déjà, en 1911, sur des paroles d’E. Van Gill (donc dignes de foi !) :

On avait à Granville
Fait un projet d’bon goût
Pour doter cette ville
D’un grand réseau d’égout…
Et de ce grand égout
Il n’y a rien du tout.

Les inondations du centre-ville ont malheureusement souvent été d’actualité :

Laisse les gondoles à Granville
Le cours Jonville c’est Venise
On a le Boscq qui déborde et il pleut bien

L’année suivante :

Quand la mer monte
Je pompe, je pompe
Quand elle descend
J’pêche des rans

Un couplet constitue une adresse vive au maire de l’époque pour la porte à marée promise mais toujours pas réalisée. Notons que depuis 2011 « ça marche » et il n’y a plus de chansons sur les inondations.

Toute modification en ville attire immédiate-ment des couplets moqueurs. Sur l’air (encore une fois !) des « Jolies colonies de vacances » :

Ah ! les jolis panneaux de Granville
Merci Bernard, merci Roger
Tous les ans on voudrait que ça recommence
You ka yi, a yi, a ya
Ainsi nos pauvres Granvillais
Habitués à regarder que d’un côté
Faillirent se faire écrabouiller
Sur le cours Jonville transformé.

Rien n’échappe à nos auteurs et, sans méchanceté, les chansons soulignent les changements à Granville comme :

C’et la salsa du SIRTOM Salsa du SIRTOM
Oui, oui, oui Je suis une poubelle
Je suis toute grise, J’ai des roulettes.

Mais dès qu’il s’agit de nouvelles constructions, réalisées ou en projet, le ton est beaucoup moins gentil et, parfois même, très virulent.

Sur l’air de « Ne pleure pas Jeannette » :

Sur le port de Granville
La, la, la…
Sur le port de Granville
Il y a une cage à poules (bis)
C’est grand, c’est moche, c’est rose La, la, la…
C’est grand, c’est moche, c’est rose
En plus c’est hors de prix (bis)

Sur l’air de « A Joinville-le Pont », en 2005 :

A Granville-Béton, ton, ton
Les tours de cochon, chon, chon
Nous les connaissons, son, son
A Granville
On nous promet un nouveau port
Avec des hectar’ de béton
Même que du haut de la Haute Ville
On pourra croire à Belleville …

Sur l’air de « La bonne du curé » :

Oh I qu’il est triste ce cours Jonville
Il va falloir le raser
Pour construire de beaux immeubles
Et faire plaisir à Pépé
Un bel hôtel de grand standing
Qu’on pourra pas s’Ie payer
Un beau parking
Pour voir les voitures nager

Et, enfin, sur l’air de « La danse des canards » :

C’est la danse des vautours
Qui nous tournent toujours autour
Pour fourguer notre patrimoine
Aux Parisiens …

La vie municipale

La vie municipale a toujours occupé une place de choix dans la chanson satirique granvillaise, féroce ou bon enfant, c’est selon…

Féroce, ce fut le cas vis-à-vis d’un élu, huissier de son état, pris dans un scandale et qui dut démissionner. Des vers très virulents accompagnèrent sa sortie. Bon enfant, ou presque, comme la revue, en 1984, de la nouvelle municipalité Baudouin. En 1999, de façon plus originale, sur l’air de « la chanson de Gavroche », c’est l’équipe Verdier qui défila dans la chanson.

Et gageons que la vie municipale pourrait encore fournir d’autres sujets de chansons satiriques (bon enfant ou féroces ?).

A mi-chemin entre le national et le local, est arrivée une des plus belles trouvailles des chansons de carnaval. Lorsque le Canada écarta les pêcheurs français des bancs de Terre-Neuve, tout près de Saint-Pierre-et-Miquelon, le groupe des Copains d’Abord chanta « Laissez-nous la pêche à Saint-Pair et Yquelon ».

Pour conclure…

Depuis l’utilisation de la sono, les choses ont bien changé. Dans un premier temps, elle a relayé les chansons des chars les rendant plus facilement audibles pour une foule toujours plus dense. Puis, de plus en plus puissante, elle a affaibli les chansons de Carnaval à caractère local, pour passer des tubes populaires qui n’ont plus rien de granvillais. En 2017, certains carnavaliers continuent d’écrire des chansons, d’autres privilégient des fanfares à bord de leur char comme cela se faisait avant la sonorisation, alors espérons un regain dans les années à venir pour cette belle tradition carnavalesque.

Un grand remerciement à Jacques Bougeard pour la transmisson de l’ensemble des documents présentés dans ce dossier et pour son excellent travail de rédaction.